Tapis kilim le tapis d’orient top tendance

tapis-kilim-le-tapis-d-orient-top-tendance

Le kilim est un tapis d’Orient en laine, tissé en basse lisse. Il est un  produit artisanal spécifique des peuples nomades musulmans et en particulier de ceux d’Anatolie, d’Iran et du Caucase.

Origine et significations

Le kilim, également orthographié klim ou kélim (mot d’origine turque), est un tapis dépourvu de velours, car il est brodé au lieu d’être noué. Le kilim est confectionné dans diverses villes d’Anatolie et d’Iran.

Son nom, qui provient du persan gelim, sert à désigner un tapis de laine à point plat qu’on trouve principalement au Proche-Orient, dans le Caucase ainsi qu’en Asie centrale.

Les kilims ont vu le jour il y a près de 10 000 ans et chacun d’entre eux ont leur signification. Ils mettent en avant une forte identité retraçant la mémoire des peuples sédentaires, nomades et semi-nomades qui les confectionnent.

Un style, une identité qui  caractérise une tribu, un village : couleurs ardentes ou sobres, motifs complexes ou épurés selon les régions. Les motifs correspondent à une écriture symbolique ancestrale héritée de croyances chamanistes.

La géométrie des motifs et leur ton ethnique caractérisent leur ADN.

Le kilim servait originellement d’étole d’intérieur, de couverture ou de tapis protégeant le sol des mosquées et des yourtes. De nos jours, on peut l’utiliser par terre, sur les murs, en jeté de canapé, en tête de lit ou en rideaux … mais aussi comme matière phare de sacs et accessoires de haute maroquinerie !


De quelle matière se compose-t-il, comment est-il fabriqué ?

Les kilims peuvent être en coton ou en poil de chèvre.

La trame est visible et constitue le velours. Les kilims sont donc uniquement faits de fil de chaîne et de fil de trame. Deux fils forment la trame : le premier est utilisé pour le décor du tapis et le second est destiné à consolider le tapis. Le fil servant au décor est enroulé au point de chaînette autour de deux fils de chaîne. Le dessin du kilim, de par sa méthode de fabrication, est plus rudimentaire que sur les tapis noués.

Bien que fabriqué sans velours, le kilim est très résistant du fait de la double trame qui donne un tissage serré.

Comment choisir un kilim ?

Il vaut mieux choisir un tapis kilim un peu trop grand que trop petit. En effet, un tapis trop petit va rapetisser la pièce alors qu’un tapis plus grand va l’agrandir.

Devant un canapé, la longueur du kilim doit être au minimum égale à la largeur du canapé. Canapé sur le tapis ou en dehors du tapis ? Il n’y a pas vraiment de règle, ce qui peut éventuellement déterminer le choix, c’est le motif du kilim.

Sous une table de salle à manger, ajoutez environ 50 cm de chaque côté de la table pour permettre d’installer les chaises. Cette règle est surtout utilisée pour les tapis noués. Le kilim étant peu épais, les pieds arrière des chaises peuvent dépasser du kilim.

Dans un couloir, laisser minimum 10 cm entre le kilim et le mur.

 Entretenir un tapis kilim

Chat, chien, enfant, amis : tout le monde peut se vautrer sur un tapis kilim. Toutefois, ils sont solides, et ils sont si colorés que les taches se voient peu.

Tout de même il faut bien les entretenir.

-Premièrement, chaque semaine passez l’aspirateur sur le tapis pour déloger la poussière.

-Toutefois votre tapis peut nécessiter un nettoyage à sec. Vérifiez les couleurs du kilim en appliquant sur l’envers du tissu un linge humide puis  passez le fer à repasser chaud sur le tout. Si la pattemouille se colore, le tissu n’est pas grand teint, et les couleurs non fixées risquent de dégorger. Il faut donc le nettoyer à sec. 

Ainsi, les tapis kilim sont des accessoires d’habitation classiques qui mettent en avant l’artisanat et le savoir-faire  des peuples nomades. Ainsi, le kilim fait partie des tissus plats les plus connus et les plus populaires.